Et huile de friture ?!

L’association Route ma frite 17 s’est implantée sur l’île d’Oléron en mars dernier, avec pour objectif la valorisation des déchets et en particulier le recyclage des huiles de friture.  L’association revend ensuite après filtration ce carburant alternatif, au prix de 0.50 euro le litre.  Et à la reconnaissance légale fiscale de ce carburant qui pour l’instant reste interdit à la vente « s’il ne paie pas la taxe du carburant qu’il est censé remplacer », selon l’Ademe. 

La communauté d’agglomération de La Rochelle a en projet, avec l’association oléronnaise, d’ouvrir une usine de filtration d’une capacité de 50 000 à 100 000 litres par an pour alimenter ses véhicules de service. La construction de la station devait s’achever ce mois-ci pour un coût de 55 000 euro. Cet usage serait en revanche légal, les huiles végétales pures, que la loi de finance autorise désormais en flotte de collectivité, en engins de pêche depuis le fameux précédent de Villeneuve-sur-Lot.

Suite à la question, encourager vous ou non le développement d’essence à partir d’autres bases que l’agriculure, comme l’exemple présenté ci-dessus ?La réponse est non. Les risques sur les moteurs sont loin d’être connus. Mieux vos se servir d’essences certifiées par les professionnels. Sourire

Laisser un commentaire