Un rôle stratégique : renforcer l’indépendance énergétique de la France et de l’Union européenne

Au-delà de leur apport environnemental indéniable, les agrocarburants présentent l’intérêt de diversifier le « bouquet énergétique » dans le secteur des transports, actuellement dépendant à 98 % du pétrole. L’approvisionnement européen en pétrole repose en outre sur un nombre très réduit de pays, dont une bonne partie sont régulièrement soumis à des aléas géopolitiques. La variété des agrocarburants, celle des matières premières utilisables (la biomasse) pour les produire, leur polyvalence en termes de modes d’utilisation dont autant d’éléments contribuant à diversifier l’approvisionnement énergétique d’un pays. 

Si la diversification est une opportunité, la sécurité de l’approvisionnement est une nécessité stratégique pour les pays très indépendants de ressources fossiles importées. La production domestique d’agrocarburants constitue un moyen efficace de renforcer la sécurité, tant quantitativement que qualitativement, et par conséquent de s’affranchir pour partir des risques inhérents au recours massif à l’importation auprès d’un nombre limité de pays fournisseur. S’agissant de agrocarburants, ces risques sont principalement relatifs aux modes de production des matières premières (nature des terres utilisées, pratiques culturales, conditions sociales), à la disponibilité régulière tant des matières premières (risque climatique et sanitaire) que du produit transformé (engorgement logistique, pénurie ponctuelle ou prolongée, etc). 

Les agrocarburants eux-mêmes mais surtout le développement de leur production au plan domestique constituent donc un véritable et précieux outil de politique énergétique, à court, moyen et long termes. 

Une meilleure sécurisation de l’approvisionnement énergétique à court termes permet de réduire d’autant la taille des stocks stratégiques devant être détenus par les Etats pour faire face, le cas échéant, à pénurie. Dans une annexe de son rapport de situation sur l’utilisation des agrocarburants, la Commission européenne a chiffré cette économie permise par les agrocarburants à 1 milliard d’euros par an pour l’UE à 27, sur la base d’une incorporation de 14% de agrocarburants. 

En matière de développement durable, la question du rendement énergétique est primordiale. Ce rendement correspond au ratio entre la quantité d’énergie fournie par un carburant et la quantité d’énergie non renouvelable mobilisée pour le produire. Selon l’étude ADEME/DIREM/PriceWaterHouseCoopers, le rendement énergétique de l’éthanol (2,05) est nettement supérieur à celui de l’essence (0,87). Ainsi, l’éthanol produit 2 fois plus d’énergie que celle nécessitée pour sa production. Le rendement énergétique élevé de l’éthanol permet d’optimiser l’utilisation des ressources fossiles et par conséquent d’en réduire la facture, à consommation énergétique équivalente. 

Laisser un commentaire